Une vraie «fausse nouvelle» scientifique volontairement propagée

Des chercheurs de l’Université McGill ont volontairement propagé une fausse nouvelle scientifique sur les réseaux sociaux afin de démontrer l’ampleur du phénomène des «fake news» qui polluent les fils d’actualité.

Dans la vidéo de deux minutes, les chercheurs ont inventé de toute pièce une histoire selon laquelle un médecin, le Dr. Johan R. Tarjany, aurait découvert en 1816 un type de mousse (Funariidae karkinolytae) capable de tuer des cellules cancéreuses.

Ce remède miracle aurait été caché par l’industrie pharmaceutique de peur qu’il ne ronge leurs profits, poursuit la vidéo, si bien qu’il ne serait aujourd’hui disponible que sur Internet. De quoi nourrir les plus friands des théories du complot.

Puis, le ton de la vidéo change. «Tu l’aimes bien, le Dr Tarjany, n’est-ce pas? […] Le Dr Tarjany n’existe pas», peut-on lire.

La leçon? Toujours exercer un haut degré de scepticisme devant le contenu des publications qui sont partagées en ligne, surtout lorsqu’elles proviennent de sources nébuleuses et non officielles.

Un calque efficace

La vidéo est calquée sur celles qui deviennent virales sur les réseaux sociaux : photos d’archives, musique entraînante et lettrage accrocheur, de quoi capter l’attention des utilisateurs les moins bien armés pour faire face aux fausses nouvelles qui pullulent sur le web.

D’ailleurs, la vidéo a été vue des millions de fois en seulement deux semaines.

«En général, on se dit que c’est vrai parce que c’est plutôt bien travaillé et on ne réfléchit pas trop et, du coup, ça peut créer une confusion», admet une jeune adolescente à qui nous avons montré la fausse nouvelle.

Cette initiative a été applaudie par le docteur Samer Daher qui travaille à la Cité médicale. Il estime que de nombreuses personnes ont trop tendance à croire aux remèdes miracles diffusés sur Internet.

«Nous, ça nous met dans une drôle de position. J’adore ce genre d’initiative de McGill, de réveiller les gens. De nos jours, le marketing électronique, le marketing dans les réseaux sociaux est très, très fort. Il est très puissant», constate-t-il.

Les chercheurs de McGill recommandent de toujours vérifier la source d’une nouvelle et, si le doute subsiste, de faire appel à des autorités dans le domaine comme des médecins ou des scientifiques.

Source:

 

2018-07-17T16:23:09+00:00