iNovia recrute chez les géants du web… pour les battre

Le fonds québécois iNovia Capital frappe fort en recrutant deux supervedettes des technos, Google et BlackBerry, pour l’aider à mettre au monde les prochains géants du web «faits au Québec».

«Je ne veux pas que ça se passe ailleurs. Pourquoi ça se passerait ailleurs ? On a le potentiel de le faire. On a le talent. On a les universités. On a l’intelligence artificielle. On a le capital. Et là, on a le mentorat avec des gens qui l’ont déjà fait», lance l’associé-directeur d’iNovia Capital Chris Arsenault.

iNovia met la main sur l’ex-vice-président et chef de la direction financière de Google Patrick Pichette, qui y a travaillé jusqu’en 2015. Le Montréalais a piloté la création d’Alphabet, maison mère de Google. Il a plus de 200 acquisitions derrière la cravate et siège au conseil d’administration de Twitter.

La firme de capital de risque séduit aussi l’ancien vice-président aux finances de RIM (BlackBerry) Dennis Kavelman, qui a propulsé les revenus de l’entreprise à 15 milliards $ sous sa gouverne avec plus de 14 000 employés dans le monde.

Pluie d’emplois

Grâce à l’arrivée de ces deux grosses pointures, Chris Arsenault a l’ambition de créer des milliers d’emplois en propulsant la croissance des compagnies de chez nous, mais il refuse pour l’instant de confirmer la création d’un fonds d’un demi-milliard $ US pour les soutenir.

«Nous ne pouvons pas faire de commentaires sur la possibilité d’amasser ces fonds, car ça irait à l’encontre des règles des Autorités canadiennes en valeurs mobilières et de l’Autorité des marchés financiers», se limite-t-il à dire.

Depuis sa fondation, il y a 11 ans, iNovia Capital a levé plus de 424 millions $, soit 110 millions $ à son lancement, 134 millions $ en 2011 et 180 millions $ en 2015.

Ces 36 derniers mois seulement, ses compagnies en portefeuille ont levé plus de 1,11 milliard $.

Source : Francis Halin

 

2018-05-09T14:37:50+00:00