Les monologues du grand Yvon Deschamps se déroulent dans une ironie constante et cherchent souvent à exprimer un message complètement à l’opposé des propos tenus par deux types de personnages, le naif tendre et soumis et le colérique primaire et obtus.